Jacques Piquée : Le solidage verge d’or

Le solidage verge d’or
(Solidago virgaurea) de la famille des astéracées.

Noms vernaculaires : gerbe d’or, verge dorée, baguette d’Aaron, herbe des juifs…
Avec la fin de l’été, certaines plantes produisent pollen et nectar de qualité et en quantité.
Elles prennent une importance considérable pour préparer les insectes qui passent la mauvaise saison sous forme adulte à résister aux rigueurs de l’hiver. Ceci est évidemment le cas des colonies d’abeilles qui, en cette saison, préparent déjà la prochaine campagne en donnant naissance aux ouvrières qui assureront la reprise d’activité dès janvier- février prochains.
La gerbe d’or fait partie de ces plantes providentielles. Elle fleurit d’août à octobre sur toutes sortes de sols qu’elle illumine de ses belles fleurs jaunes et généreuses. A cette époque, elle est visitée par tout un cortège de pollinisateurs et notamment par des diptères souvent mimétiques comme les syrphes, des lépidoptères et des hyménoptères qui trouvent là de quoi
se faire de substantielles réserves adipeuses.

Etymologie
Le nom générique est la contraction de deux racines latines solidium et agere.
Il signifie consolider, rendre solide. Il a été donné par Linné en référence aux nombreuses propriétés thérapeutiques de la plante et notamment à ses propriétés vulnéraires. Le nom spécifique est également issu du latin virga qui désigne une baguette, un rameau souple, une verge… et aurea qui correspond à l’or.

Description
Le solidage verge d’or est une plante herbacée vivace régulièrement pubescente de 30 à 60 cm de hauteur parfois plus. Il en existe de nombreux écotypes constituant autant de sous – espèces. Les tiges raides sont rougeâtres ou violacées. Les feuilles sont lancéolées allongées. Plus au moins pétiolées à la base de la plante, elles sont sessiles vers le sommet de la hampe florale. Les inflorescences jaune lumineux sont des grappes de capitules de type radié situées à l’aisselle des feuilles.
Toutes ces nombreuses grappes forment une sorte de panicule terminale allongée. Les fruits sont des akènes munis d’une aigrette gris – blanchâtre soyeuse assez décorative.

Le saviez – vous ?
On utilise l’infusion des sommités florales de la verge d’or comme diurétique, dépuratif et contre les maladies des reins.
Il ne faut confondre l’herbe des juifs et l’herbe aux juifs. La deuxième est une espèce de réséda (Reseda luteola) connue également sous le nom de gaude. Elle faisait partie de la liste des plantes du capitulaire de Villis édicté sous Charlemagne et servait à préparer une teinture jaune.
La verge d’or présente dans les jardins est une espèce très mellifère originaire du Canada (Solidago canadensis) actuellement classée avec le solidage géant (Solidago gigantea) comme espèce invasive des zones humides.
Dans la vallée du St Laurent, elle est à l’origine d’un miel dont le goût rappellerait celui du trèfle et du sarrasin.

Deux espèces invasives originaires d’Amérique :
– une espèce végétale, le solidage du Canada (Solidago canadensis)
– Une espèce animale, la guêpe mexicaine (Isodontia mexicana)

 

Pour contacter Jacques Piquée utiliser le formulaire ci-dessous
[contact-form-7 404 "Non trouvé"]